Élimination des pièces de un cent

un sous

Dans le budget fédéral 2012 dévoilé aujourd’hui, on y introduit la décision d’éliminer les pièces d’un cent, qui cesseront d’être distribuées à compter de l’automne 2012.

Voici des informations tirées du document Éliminer les pièces de un cent.

Au fil du temps, le fardeau de la pièce d’un cent pour l’économie s’est accru par rapport à sa valeur comme mode de paiement. Le gouvernement doit débourser 1,6 cent pour produire chaque pièce d’un cent, ce qui porte à 11 millions de dollars par année le coût estimatif pour mettre ces pièces en circulation dans l’économie.

  • À cause de l’inflation, le pouvoir d’achat de la pièce d’un cent a diminué au fil des ans au point où sa valeur actuelle ne représente aujourd’hui que près du vingtième de sa valeur de départ. Compte tenu de cette perte de pouvoir d’achat, un certain nombre de Canadiens estiment que la pièce d’un cent cause plus de désagréments qu’elle n’est utile.
  • La pièce d’un cent demeurera la plus petite unité servant à établir le prix des biens et des services, mais la Monnaie royale canadienne cessera de les distribuer à compter de l’automne 2012.
  • La pièce d’un cent conservera sa valeur durant une période illimitée, et ces pièces pourront encore être utilisées pour faire des paiements. Toutefois, au fur et à mesure que les pièces d’un cent seront retirées de la circulation, les prix devront être arrondis pour les transactions en espèces.
  • En retirant sa pièce de monnaie ayant la plus petite valeur nominale, le Canada s’inspirera des réussites d’autres pays comme l’Australie, la Norvège, la Suisse et le Royaume-Uni.

Les Canadiens peuvent échanger leurs pièces d’un cent à leur institution financière. Le gouvernement les encourage à envisager d’en faire don à des organismes de bienfaisance.

Les consommateurs pourront continuer à les utiliser pendant une période illimitée.

Ce que cela signifie pour les consommateurs

  • La Monnaie royale canadienne cessera de distribuer la pièce d’un cent à partir de l’automne 2012.
  • Or, les consommateurs pourront continuer d’utiliser les pièces d’un cent pour les transactions durant une période illimitée.
  • En l’absence de pièces d’un cent, le montant des opérations en espèces devrait être arrondi au multiple de cinq cents le plus proche, selon des règles équitables et transparentes.
  • Seul l’arrondissement des opérations au comptant devrait être effectué pour le montant figurant sur l’acte de vente final, après calcul de la TPS/TVH applicable.
  • Les paiements autres qu’en espèces, par exemple au moyen de chèques ou de cartes de crédit ou de débit, seront encore réglés au cent près.
  • Les Canadiens peuvent échanger leurs pièces d’un cent à leur institution financière. Celle-ci pourrait demander que les pièces soient présentées dans des rouleaux appropriés.
  • L’élimination des pièces d’un cent dans d’autres pays, comme la Nouvelle-Zélande et l’Australie, n’a entraîné aucune augmentation de l’inflation des prix.
  • Les entreprises n’auront pas à mettre à jour leurs caisses enregistreuses en raison de l’arrondissement des montants, vu que les prix et le paiement total continueront d’être établis au cent près.
  • La TPS/TVH sera calculée sur le prix avant la taxe, et non sur le prix arrondi. Lorsque le consommateur n’a pas la monnaie exacte, seul le montant final des paiements en espèces doit être arrondi.
  • Les paiements électroniques, par exemple au moyen de cartes de crédit ou de débit, ne seront pas arrondis et continueront d’être au cent près.
  • Les consommateurs pourront continuer d’utiliser les pièces d’un cent durant une période illimitée pour des opérations en espèces, et les entreprises sont incitées à continuer de les accepter à titre de moyen de paiement.
  • On s’attend à ce que les entreprises arrondissent les prix de manière équitable, uniforme et transparente.
  • Des lignes directrices sur l’arrondissement seront adoptées par toutes les entités fédérales pour les opérations en espèces effectuées avec la population canadienne.
  • L’expérience d’autres pays qui ont éliminé leur pièce ayant la plus petite valeur nominale révèle que des pratiques équitables d’arrondissement des montants ont été respectées.

Ce que cela signifie pour les entreprises

Arrondissement

Les lignes directrices suivantes sur l’arrondissement des montants sont en vigueur dans d’autres pays et seront adoptées par le gouvernement fédéral pour le règlement des opérations en espèces :

prix

 

La taxe sur les produits et services (TPS) et la taxe de vente harmonisée (TVH) seront encore calculées et ajoutées aux prix au cent près, que la transaction soit en espèces ou non. Seul le montant total payable pour l’opération en espèces sera arrondi.

exemple calcul Alb

exemple calcul Ont

Diète Financière

Plusieurs personnes dépensent plus qu’elles ne gagnent et utilisent le crédit pour payer la différence.

Vivre au delà de ses moyens est agréable jusqu’au moment où toutes les cartes et la marge de crédit sont au maximum. Certaines personnes atteignent le désastre financier absolu avant de se rendre à l’évidence qu’elles n’arrivent plus à faire les paiements.

La prochaine étape si rien n’est fait pour y remédier est l’insolvabilité, la faillite et parfois la saisie de votre propriété par l’institution financière.

Avec les dépenses telles que la nourriture et l’essence qui ne cessent d’augmenter, de plus en plus de gens ont de la difficulté à joindre les deux bouts et à payer leurs comptes mensuels.

De plus, le taux d’épargne des particuliers est de plus en plus bas. Peut-être est-il temps pour vous de mettre vos dettes à la diète?

Le but est de réduire vos dettes, augmenter vos épargnes et assurer votre avenir. Une restructuration financière pourrait vous aider à mieux gérer votre futur.

La plupart des experts financiers recommandent les méthodes suivantes pour vous aider à revenir à une gestion saine de vos finances. Tout cela est beaucoup plus facile à dire qu’à faire mais le jeu en vaut la chandelle et je crois que ce sont des règles qui valent la peine d’être essayées.

  • Les cartes de crédit

Vous devez payer PLUS que le paiement minimum chaque mois sur votre carte de crédit. Il faut rembourser le maximum que vous pouvez vous permettre. Si vous devez $5000 sur une carte de crédit à 18 pour cent d’intérêt et que vous faites seulement le paiement minimum chaque mois; vous prendrez plus de trente ans pour rembourser cette dette. En ce moment, le paiement minimum est d’environ 3% et certaines compagnies de cartes de crédit acceptent même 2% seulement de paiement minimum. À noter que le projet de loi 24 veut relever le paiement minimum à 5%, à raison de 1% par an pour assurer une transition sans douleur.

Si vous avez plusieurs cartes de crédit ou de prêts à rembourser, il y a une manière stimulante pour affronter ces dettes. C’est la méthode de la  »boule de neige » (debt snowball). On procède comme suit:

  1. Faire une liste de toutes vos dettes en mettant celle avec le plus haut taux d’intérêt en tête de liste.
  2. Chaque mois, faire le paiement minimum sur toutes les autres dettes.
  3. Mettre TOUT ce que vous avez de disponible pour rembourser mensuellement sur la dette avec le plus haut taux d’intérêt.
  4. Lorsque cette dette est remboursée, passez à la seconde dette avec le plus haut taux d’intérêt et payez tout ce que vous pouvez à chaque mois, en ne faisant que les paiements minimum sur les autres dettes. N’oubliez pas d’ajouter le montant du paiement minimum de la dette que vous avez fini de rembourser.
  5. Procédez ainsi avec toutes vos dettes jusqu’au remboursement total.

Une méthode alternative consiste à faire la liste de vos dettes de la plus petite à la plus grande. Vous remboursez alors le paiement minimum sur toutes les autres dettes et vous payez le plus possible sur la dette la moins importante. Financièrement, cette méthode vous coûtera plus en intérêts que la première méthode, mais elle a l’avantage d’être plus encourageante car on a la satisfaction de voir une dette s’effacer plus rapidement.

  • Fonds d’urgence:

Il faut être prêt à affronter de longues périodes sans revenu, que ce soit pour perte d’emploi, de maladie ou pour tout autre cause. Chaque ménage devrait avoir un fonds d’urgence qui couvre entre 6 et 8 mois de dépenses. Si vos dépenses mensuelles sont de $3,000, vous devriez avoir des épargnes d’au moins $18,000 pour pallier aux imprévus. Ceci est un coussin de sécurité à ne toucher qu’en cas de besoin réel.

Planifiez un transfert automatique de votre compte courant à un compte d’épargne/Fonds d’urgence. Considérez cela comme un paiement mensuel obligatoire.

  • Besoins versus Désirs

La meilleure manière d’épargner plus est de dépenser moins. Il n’y a pas de recettes miracles. Notre façon de vivre nous a habitués à penser que plus gros et plus cher veulent nécessairement dire meilleur. Il est peut-être temps de réévaluer votre style de vie et d’être réaliste quant à ce qui est vraiment à votre portée financièrement. Ça ne veut pas dire quel paiement mensuel vous êtes capable de payer, mais plutôt ce que vous pouvez vous permettre d’acheter vraiment sans avoir recours au crédit.

  • Planifier ses besoins

Votre paiement mensuel de voiture est présentement de $450 par mois. Vous entrevoyez avec plaisir la fin du remboursement d’ici deux mois. Vous aurez alors $450 de plus à dépenser par mois! Pourquoi ne pas modifier votre approche: continuez à déposer le montant des paiements dans un compte étiqueté  »remplacement de voiture ». Votre voiture actuelle devra être remplacée un jour. Il sera alors très agréable d’avoir l’argent pour l’acheter ou à tout le moins être capable de donner un bon comptant.

  • Augmenter son revenu

Il y a quelques moyens pour augmenter vos entrées d’argent. Vous pouvez vendre vos objets ou biens non nécessaires. Si vos dettes sont importantes, vous aurez peut-être à prendre un deuxième emploi à temps partiel. Un emploi plus rémunérateur est peut-être possible dépendant de vos compétences. Vous pourriez faire du temps supplémentaire si cela est disponible dans votre entreprise.

  • Planifier votre avenir

Beaucoup de gens n’ont aucune épargne de retraite. Changez vos priorités; passez de  »l’abondance maintenant » à  »suffisamment pour l’avenir ». Le futur deviendra votre présent bien assez tôt et il faut le planifier. L’insouciance de jeunesse sera très difficile à corriger à un âge plus avancé où les capacités de générer des revenus seront probablement diminuées. Déposez l’argent de vos petites gâteries quotidiennes (Starbucks, Tim Horton ou autre) dans un RÉER. Organiser un transfert automatique mensuel dans un RÉER. Vous vous habituerez très rapidement à ne plus avoir cet argent disponible. Ce sera un paiement comme un autre. Il faut que cela soit clair dans votre tête et que vous considériez vraiment ces dépôts comme des paiements obligatoires.

En résumé, il faut restructurer votre approche de la vie. On dit que l’argent n’achète pas le bonheur. Vous pourriez ête surpris de voir que de remplacer une sortie de magasinage au centre commercial ou un souper au restaurant par un souper en famille suivi d’une soirée jeux de société est aussi satisfaisant et apporte un bonheur plus durable.

Il y a aussi la satisfaction de savoir que nous sommes en contrôle de notre vie et notre avenir financier. Savoir que l’on est en mesure d’affronter les imprévus financièrement enlève un stress immense à notre vie de tous les jours.

Une fois les dettes remboursées, consacrez le montant que vous aviez alloué au remboursement mensuel des dettes à garnir votre fonds d’urgence, vos RÉER et vos épargnes.

Voici un lien pour un calculateur de dettes qui montre les 2 façons de rembourser les dettes en utilisant la méthode boule de neige. Le site et le calculateur est en anglais seulement.

Méthode de la dette boule de neige

À la poursuite du bonheur

Tous les conseillers, gourous ou thérapeutes nous recommandent d’avoir des objectifs et des buts à atteindre. Il semblerait que cela est positif pour notre estime de soi et notre satisfaction personnelle.

Alors, nous formons des projets;  perdre 25 livres, être en forme, payer nos cartes de crédit en entier, épargner assez d’argent pour couvrir 6 mois de dépenses, mettre suffisamment d’argent de côté pour se payer un voyage dans le Sud chaque hiver ou accumuler une mise de fonds de 25% pour notre future maison.

Le début de chaque année est un véritable festival de résolutions qui auront plus ou moins de succès dépendant de leur réalisme et de notre détermination à persévérer.

Mais qu’arrive-t-il lorsque l’objectif est atteint? Sommes-nous plus heureux ou bien est-ce qu’on ne se demande pas plutôt quoi faire ensuite?

Nous avons fait tant d’efforts pendant si longtemps pour atteindre notre destination tout en minimisant ou ne réalisant pas l’importance du parcours.

Lorsque la destination est atteinte, que les buts et objectifs ont été accomplis, les dettes sont payées, la maison est achetée, le voyage est passé; alors on a parfois une surprise.

La surprise c’est que la réalité ne colle pas à ce que vous vous attendiez tout à fait. Avoir réussi à épargner suffisamment pour acheter sa maison avec un bon comptant apporte une certaine satisfaction. Toutefois, le processus pour y arriver, tout ce temps à calculer et à se projeter dans le futur en visionnant notre éventuelle maison sans oublier le sentiment d’accomplissement au fur et à mesure que nous progressions,  tout cela était souvent bien plus excitant que l’arrivée à destination.

Désirer quelque chose nous consume, on y pense souvent pour ne pas dire sans arrêt. Une fois le but convoité obtenu, il y a de la satisfaction et de la joie , mais  ce n’est pas aussi intense que le désir pas encore assouvi.

La réalité pour beaucoup de gens c’est qu’une fois un but atteint, financier ou autre, souvent les effets subséquents sont très différents de ce qu’ils avaient imaginés. Nous sommes en général très mauvais à prédire ce que notre futur moi va vouloir, désirer ou apprécier.

Combien de fois un voyage longuement anticipé ne s’est pas révélé à la hauteur de notre imagination?

Notre cerveau est naturellement enclin à ce qu’on appelle l’adaptation hédoniste. Essentiellement, cela signifie que nous nous accoutumons très rapidement à un nouvel objet, environnement ou état. La nouveauté positive apporte un sentiment de contentement passager, nous retrouvons notre niveau de bonheur très rapidement et nous nous mettons alors à désirer quelque chose de nouveau.

Étonnamment, c’est tout aussi vrai pour les états négatifs. Selon des études psychologiques, les personnes frappées d’une grave infirmité suite à un accident, les paraplégiques par exemple, commencent par traverser une phase de dépression, mais ensuite elles finissent en général par retrouver le même sentiment de bonheur subjectif qu’avant leur accident.

Nous sommes donc dans un constant désir de changement parce que nous sommes persuadés que ce changement nous rendra plus heureux.  Il est alors tentant de s’imaginer que notre vie sera tellement meilleure lorsque nous aurons maigri, acheté une voiture ou une maison ou changé de travail. Certains se promettent même de commencer à vivre réellement lors de leur retraite.

Et si vous mourez avant la retraite ou tombez malade, vous n’aurez pas vécu ou connu le bonheur?

Avoir des buts et des objectifs et les réaliser est tout à fait louable, mais cela ne doit pas vous empêcher de vivre et d’apprécier le moment présent. Il faut surtout ne pas avoir des attentes irréalistes envers votre objectif. Quel qu’il soit, il ne vous apportera probablement pas un bonheur permanent. La vie de tous les jours, avec toutes ces embûches comporte de nombreux moments de plaisir qui sont beaucoup plus durables si vous savez les apprécier.

Ne pas oublier que le chemin pour atteindre votre objectif peut aussi être une source de satisfaction considérable. Il n’y a pas que le but qui compte.

Avez-vous les moyens d’acheter une maison?

 

Vous rêvez d’une maison bien à vous, avec un petit jardin, des fleurs et de l’espace?

Avant de vous engager dans l’achat d’une propriété, il est primordial de faire une analyse de votre capacité financière.

Voici quelques étapes pour vous aider dans le processus.

Prêt hypothécaire

Pour débuter, il est sage de rencontrer votre conseiller à la  banque ou caisse populaire pour déterminer le montant maximum de prêt hypothécaire que l’institution est prête à vous accorder.

L’institution financière vous donnera une pré-approbation, avec un taux valide entre 60 et 90 jours habituellement. Le montant maximal n’est qu’une indication, peut-être que vous devriez y aller avec un montant moindre pour pallier aux surprises qui pourraient survenir.

Budget mensuel

Le calcul fait pour l’approbation ne tient pas compte du $300 par mois que vous donnez à vos parents/enfants pour les aider à joindre les deux bouts. Vous avez peut-être un hobby qui est très coûteux et vous ne voulez pas vous en priver, comme par exemple   des dépenses  mensuelles de $400 pour l’essence de votre bateau ou motorisé que vous utilisez à toutes les fins de semaine en été, ou le voyage de deux semaines dans le sud l’hiver à $6000 pour votre famille qui vous revient à $500 par mois finalement.

Il faut bien identifier la limite de paiement qu’on peut se permettre sans s’étrangler financièrement, avant de commencer à chercher pour une maison. Il est très difficile de revenir à des visites de maisons d’une valeur  plus raisonnable lorsqu’on réalise qu’on ne peut se permettre les maisons  plus coûteuses. On a été éblouis par celles-ci et se ‘’contenter’’ de moins peut être décevant. Mieux vaut savoir dès le départ ce qui est vraiment à notre portée, que devoir revendre à perte avec une pénalité de la banque après 1 ou 2 ans parce qu’on n’arrive plus à payer.

Frais connexes avant la transaction

Assurance prêt hypothécaire
L’assurance prêt hypothécaire protège les institutions financières en cas de défaut de paiement de la part de l’emprunteur. Elle vous permet  d’accéder à la propriété en versant une mise de fonds  de seulement 5 %. Si vous donnez une mise de fonds de 20% du prix d’achat, cette assurance n’est pas requise. Le montant de l’assurance prêt sera habituellement ajouté à votre paiement hypothécaire mensuel, ce qui haussera vos paiements. Cette assurance est taxable et vous devrez payer les taxes lors de la signature de l’acte de prêt hypothécaire.

Frais d’évaluation
Le prêteur hypothécaire peut vous demander d’obtenir, à vos frais, une évaluation d’un professionnel avant de vous accorder un prêt hypothécaire. L’évaluation est une estimation de la valeur de la propriété. Elle coûte habituellement de 350 $ à 450 $.

Frais d’inspection
Vous devriez  toujours inclure l’inspection dans les conditions de la promesse d’achat.
En règle générale, une inspection coûte aux environs de 350 $ à 500 $. Cette inspection vous permettra de vérifier l’état actuel de la maison et aussi de connaître les dépenses à prévoir à court et à moyen terme. L’inspecteur peut vous informer que la toiture aura besoin d’être remplacée d’ici 2 à 3 ans ou que les fenêtres sont à la fin de leur durée de vie. Vous achetez ainsi en connaissance de cause et vous pourrez alors prévoir ces dépenses futures dans vote budget.

Certificat de localisation
Le prêteur hypothécaire peut exiger un certificat de localisation  à jour avant d’autoriser le versement du prêt hypothécaire. Si le certificat de localisation du vendeur remonte à plus de cinq ans, il devra probablement être mis à jour.

Habituellement, c’est au vendeur de fournir un certificat de localisation à jour. S’il refuse d’en assumer le coût, vous aurez peut-être à payer vous-même pour l’obtenir. Si la propriété convoitée est une reprise de finance, vous devrez payez pour le certificat de localisation car les institutions financières ne le feront pas. Un  certificat de localisation peut coûter entre 1 000 $ et 2 000 $.

Analyse de l’eau
Si l’eau provient d’un puits, vous voudrez vérifier si elle est potable et si la réserve est suffisante. Certaines institutions financières exigent ces tests avant d’approuver le prêt hypothécaire.

Fosse septique et champ d’épuration
Si la maison est dotée d’une fosse septique avec champ d’épuration, le tout  devrait être vérifié par un spécialiste pour s’assurer que le système est fonctionnel.

Frais de clôture de transaction

Ces frais représentent habituellement de 1,5 % à 4 % du prix d’achat. Ils comprennent:

Taxes sur les maisons neuves
Les maisons neuves sont assujetties à la TPS et TVQ. Par contre lors de l’achat ou de la construction d’une habitation neuve, un particulier peut avoir droit à un remboursement partiel de la TPS et de la TVQ.

Honoraires du notaire et frais juridiques
Le notaire doit vérifier la promesse d’achat, examiner les titres de propriété et  rédiger l’acte de vente. Les frais juridiques comprennent  les frais du Bureau de la publicité des droits pour enregistrer un nouveau prêt et les frais de gestion du compte en fidéicommis.

Taxe de mutation
Souvent appelée taxe de bienvenue, elle se calcule  sur la somme la plus élevée entre l’évaluation municipale et le prix de vente. Le taux est de 0,5% sur les premiers 50 000$, de 1% sur les tranches des 50 000 à 250 000$ suivants et, finalement, de 1,5% sur le reste de la somme.

Ajustements des charges de la propriété
Taxes municipales et scolaires, services publics payés à l’avance par le vendeur. Il vous faut rembourser le vendeur de ces impôts ou frais, y compris le plein de mazout, au moment où vous prenez possession de la propriété.

Frais de démarrage

  • Déménagement
  • Frais de branchement au téléphone, à l’internet et au câble.
  • Assurance-habitation
  • Frais de décoration
  • Frais de rénovation
  • Achat d’équipement; tondeuse, taille-bordures, souffleuse, par exemple.

Frais d’entretien

Il est bon de prévoir dans son budget un montant équivalant à 1 à 2 % de la valeur marchande de la maison par année pour  l’entretien et pour  pallier aux imprévus.

En résumé, il y a donc beaucoup plus que la mise de fonds initiale à prévoir dans l’achat d’une maison. Pour une transition heureuse dans votre nouvelle propriété, il est sage de prévoir adéquatement toutes les dépenses qu’impliquent cet achat majeur.

La recherche du ‘’MIEUX’’, une quête sans fin.


Pouvez-vous vraiment vous permettre une maison plus grande, plus chère et toutes les dépenses qui l’accompagneront?

Ces  questions vont vous aidez à décider si vous êtes prêts pour une maison plus grande, plus luxueuse ou moderne ou dans un quartier plus attrayant. Si vous répondez oui à la plupart des questions, c’est un signe que vous êtes probablement prêts à faire le saut. Des réponses négatives pourraient vous indiquer que vous ne pouvez pas vous le permettre pour le moment..

Vous pouvez aussi relire les articles sur la satisfaction personnelle et la maison idéale pour vous aidez à prendre une décision. Parfois nous entrons dans le marathon du voisin gonflable et on devient vite essoufflé financièrement à essayer de suivre ‘’les autres’’ dans notre quête du ‘’mieux’’.

1. Avez-vous accumulé une équité substantielle avec votre propriété actuelle? Examinez votre relevé hypothécaire ou appelez votre prêteur pour savoir ce qu’il en est. Habituellement, vous n’accumulez pas beaucoup d’équité durant les premières années d’un prêt hypothécaire parce que les paiements mensuels remboursent principalement de l’intérêt, mais si vous êtes propriétaire depuis cinq ans ou plus, vous avez probablement une certaine équité.

2. Est-ce que vos revenus ou votre situation financière s’est améliorée? Si vous avez maintenant un meilleur salaire, une nouvelle source de revenus ou alors vos placements ont grimpé en flèche, vous pourriez être en mesure de faire des paiements hypothécaires plus élevés et aussi de couvrir les frais reliés à l’achat d’une nouvelle maison et le déménagement.

3. Avez-vous réalisé que votre quartier ne vous convient plus? Le quartier que vous aviez choisi pour votre maison actuelle ne convient peut-être plus du tout à vos besoins, Par exemple, vous pourriez avoir de nouvelles priorités comme un quartier avec d’excellentes écoles ou être plus près du travail pour réduire les déplacements..

4. Y a-t-il des raisons qui font que vous ne pouvez pas agrandir ou rénover? Quelquefois, vous pouvez agrandir votre maison en ajoutant une pièce ou un étage. Mais si votre terrain n’est pas assez grand ou que votre municipalité ne le permet pas ou alors vous n’avez pas du tout envie du casse-tête des travaux de rénovation, alors l’achat d’une plus grande maison pourrait être la meilleure solution.

5. Êtes-vous confortable avec l’état du marché immobilier actuel? Si votre secteur est chaud, votre maison pourrait se vendre rapidement à un bon prix. Par contre, la maison que vous achèterez sera aussi plus coûteuse. Si le marché est lent pour votre secteur, trouver un acheteur pourrait prendre plus de temps, mais vous aurez plus de choix et un meilleur prix quand vous chercherez une nouvelle maison.

6. Est-ce que les taux d’intérêts sont intéressants? Un taux d’intérêt bas vous permet non seulement d’acheter une plus grande maison mais il est aussi plus facile de trouver des acheteurs.

Finalement, il est toujours agréable de rêver, de vouloir s’améliorer et de regarder ce qu’il y a de ‘’mieux’’ juste au-dessus de notre niveau actuel. Mais est-ce bien  la meilleure décision? Devrons-nous renoncer à d’autres choses pour nous permettre de monter d’une marche dans l’escalier des possessions et plus important encore, est-ce que cela aura valu la peine et les efforts pour s’y maintenir?

Source : Adapté de REALTOR ® magazine avec la permission de NATIONAL ASSOCIATION OF REALTORS® Copyright 2008.

La satisfaction personnelle

Est-il possible d’identifier le point où nous avons juste « assez » en termes de possessions ou d’expériences?

Serait-il utile de reconnaître ce qui nous satisfait et est-ce que ça nous amènerait à faire des choix plus éclairés avant de consommer?

Le livre Your money or your life de  Joel Dominguez et Vicki Robin introduit le concept de la courbe de satisfaction.

Sur cette courbe en forme de cloche, il existe un endroit précis pour toute chose qui maximise la satisfaction que l’on va en retirer. Si vous dépensez plus, la satisfaction va actuellement se mettre à diminuer.

Donc, selon cette théorie, lorsque vous atteignez un certain niveau de luxe dans votre vie, tout ce que vous aller acquérir au delà de ce niveau vous apportera un rendement décroissant de satisfaction.

Examinons la question du logement sous cette hypothèse.

Les sept niveaux pourraient refléter ceci:

1 – Nous sommes essentiellement des sans-abris ou nous vivons dans notre voiture.

2 – Nous vivons dans un appartement extrêmement petit, bon marché et désuet. Le loyer est très bas, mais il n’y a pas assez de place pour coucher tout le monde ou pour faire quoi que ce soit. Nous n’invitons jamais personne par manque de place.

3 – Nous vivons dans un bel appartement ou une petite maison. Il y a assez de place pour dormir et manger mais nous sommes parfois à l’étroit et l’appartement a l’air en désordre parce que trop encombré. Nous invitons parfois des amis mais on ne se sent pas à l’aise pour faire les soirées ou les réceptions qu’on aimeraient faire.

4 – Notre maison est d’une grandeur idéale pour notre famille. Nous sommes confortables de recevoir des amis, même pour la nuit. Le ménage et l’entretien ne sont pas excessifs et les factures/hypothèque sont en fonction de nos revenus.

5 – Notre maison dépasse les besoins actuels de notre famille, mais elle nous permet d’envisager une certaine croissance; comme la venue d’un ou plusieurs enfants, ou la possibilité d’avoir un bureau à domicile éventuellement. Les factures et l’hypothèque prennent une part un peu trop grande de nos revenus mais on arrive à tout payer. Nous passons un peu trop de nos temps libres à faire du ménage et de l’entretien  mais nous sommes vraiment fiers lorsque nous invitons des gens chez nous.

6 – Notre maison est notre château. Nous pouvons tout juste payer les factures et l’hypothèque, mais seulement si nous n’allons jamais au restaurant ou au cinéma. Les dépenses nous gênent, nous ne réussissons plus à épargner quoi que ce soit et il y a des moments où nous pensons que nous ne faisons rien d’autre que du ménage et de l’entretien.

7 – Nous avons acheté une maison qui représente neuf fois notre revenu annuel, avec un prêt à un taux variable. Le taux vient d’être ajusté à la hausse. Notre maison est absolument extraordinaire mais la banque va la saisir car nous n’arrivons pas à faire les nouveaux paiements. Nous ne savons pas où aller, nous n’avons plus rien. On souhaiterait n’être jamais venu ici.

Le niveau idéal est au sommet de la courbe, là où nos besoins sont rencontrés à l’intérieur de nos moyens financiers. Cette courbe peut s’appliquer pour presque toute dépense.

Il faut faire attention avec la perception que nous avons de notre satisfaction future. Nous anticipons souvent un degré de satisfaction beaucoup plus élevé que  la réalité. Une fois l’argent dépensé et l’objet entre nos mains, nous sommes souvent déçus du court moment de satisfaction que cet achat nous a apporté.

Pour un gros investissement, comme une maison, il faut être réaliste avec nos besoins et nos moyens financiers. Mieux vaut une petite maison confortable, avec des paiements abordables qui nous permettent d’allouer de l’argent à d’autres besoins, qu’une maison trop coûteuse pour nous.