Vivre à Val-des-Monts

La municipalité de Val-des-Monts compte un peu plus de 10 000 habitants. En fait, le recensement de 2011  dénombre 10 420 habitants, une augmentation de 9.2% par rapport à 2006. Val-des-Monts étant une destination de villégiature fort appréciée, la population estivale se chiffre aux alentours de 20 000 personnes.

Val-des-Monts a été créée en 1974 en fusionnant Perkins, Saint-Pierre-de-Wakefield et Poltimore. On y retrouve de nombreuses terres agricoles et forêts.  La superficie de la municipalité est de 457,31 km2.

Historiquement, les premiers habitants de la région furent des colons anglais et français qui arrivèrent après la construction et l’ouverture du Canal Rideau en 1832. Le premier moulin à scie de Val-des-Monts fut construit en 1838 par Justus Smith sur les bords de la rivière Blanche.  Il le vendit ensuite à John Adams Perkins qui l’exploita pendant de nombreuses années. Le village de Perkins fut nommé en son honneur.

Vers 1840, des colons s’établirent près du lac La Blanche, (devenu par la suite le lac St-Pierre), ce qui donna naissance à St-Pierre de Wakefield. Poltimore, un peu plus au Nord fut peuplé par des colons anglais et irlandais. Entre 1930 et 1932, la population allemande de High Falls  vit ses terres inondées suite  à la construction du barrage de la compagnie McLaren sur la rivière Lièvre et ses résidents vinrent habiter Poltimore.

Plus de 125 lacs recouvrent le territoire de Val-des-Monts. On peut aussi y pratiquer une foule d’activités comme la  voile, la pêche, la chasse, l’équitation, la motoneige et le ski de fond.

Le Sportium de Val-des-Monts, construit en novembre 2001, est un édifice offrant à la population diverses activités sur glace, un club de patinage artistique, un club de patinage de vitesse, une association de hockey mineur, du patinage libre et plusieurs ligues de hockey adultes.

Aventure Laflèche est une entreprise  de Val-des-Monts  qui offre plusieurs activités dont une caverne souterraine que l’on peut visiter en arpentant ses 450 mètres de galeries.

Une douzaine de partenaires institutionnels et communautaires de la région de l’Outaouais se sont réunis pour produire un Portrait des communautés de l’Outaouais.

Selon ce portrait, les résidents de Val-des-Monts ont un fort sentiment d’appartenance à leur communauté. Ils apprécient la qualité de vie qu’on y offre, sa tranquillité ainsi que la proximité de la nature et de la ville. Les gens apprécient les relations de voisinage qu’ils qualifient de très bonnes. Les résidents n’hésitent pas à s’entraider en cas de besoin ou à échanger des services, comme le covoiturage par exemple. C’est une communauté où les gens  se sentent en sécurité..

Ses résidents se préoccupent des questions environnementales et écologiques. Il semble que les habitudes de recyclage soient bien ancrées dans les pratiques. La communauté bénéficie d’outils de communication appréciés des résidents ; comme un journal local.

Val-des-Monts est une municipalité en pleine croissance qui combine les avantages de la vie à la campagne avec la proximité de la ville et de ses services.

Sources: Statistiques Canada, Recensement 2011
Portrait des communautés de l’Outaouais
Municipalité de Val-des-Monts
Photo, source: Municipalité de Val-des-Monts

Vivre à L’Ange-Gardien

 

L’Ange-Gardien est une municipalité qui a été constituée le 17 mai 1979 et a débuté ses opérations le 1er janvier 1980.

L’Ange-Gardien a été formée par le regroupement des anciennes municipalités de Buckingham Ouest et Buckingham Canton, ainsi que la paroisse de L’Ange-Gardien.

L’Ange-Gardien présente une superficie de 224,17  kilomètres carrés et est principalement rurale. Située au Nord-Est de Gatineau, elle est bordée par la rivière du Lièvre et le territoire comporte plusieurs lacs. Elle offre la possibilité de pratiquer de nombreuses activités sportives et récréatives comme la  randonnée en vélo, le canot, le ski de fond et le camping.

Selon le MAMROT(Minisitère des Affaires Municipales, Régions et Occupation du Territoire), la population de L’Ange-Gardien en 2011 serait de 4 743 habitants.

L’agriculture demeure l’activité principale, avec entre autres l’élevage bovin, la production laitière et l’élevage de chevaux.   La culture maraîchère est également pratiquée.

L’Ange-Gardien possède une politique d’aide financière à la construction résidentielle écologique   et accorde une aide financière allant jusqu’à 2000$ aux personnes qui obtiennent une certification reconnaissant la valeur écologique de leur maison, comme LEED par exemple.

Selon les données de 2006 de Statistiques Canada, la population est plutôt jeune avec 34% de moins de 25 ans et 31% âgée entre 25 et 44 ans. Seulement 8% de la population a 65 ans et plus. La moyenne d’âge est de 36 ans.

La très grande majorité, 97% de la population, habite un logement dont elle est propriétaire et ce logement est une résidence unifamiliale à 96%.

Au niveau de l’éducation, 35% de la population possède un diplôme collégial ou universitaire. Le français est la langue parlée par 90% des habitants.

Vivre à Buckingham

En 1799, John Robertson, un ancien militaire britannique s’est vu concéder les terres du Canton de Buckingham. Le nom de Buckingham a été choisi car c’était le lieu d’origine de John Robertson en Angleterre.

Les premiers colons arrivent au début du 19e siècle. Une mission s’installe en 1827, la mission Saint-Grégoire-de-Naziance et en 1831, s’ouvre le premier bureau de poste de Buckingham.

La municipalité de Buckingham a été constituée civilement en 1855. Buckingham est devenu un secteur de la ville de Gatineau le 1er janvier 2002.

Buckingham abrite plusieurs bâtiments riches en histoire. Notons en particulier l’Église Saint-Grégoire-de-Nazianze, construite en 1887, qui compte 24 vitraux et un magnifique clocher d’argent.  L’Église St. Andrew’s United Church, construite en 1890, se remarque par sa magnifique rosace, vitrail rond au style flamboyant qui orne sa façade.

La population du secteur de Buckingham est d’environ 12 000 habitants. Son territoire est traversé par la rivière de la Lièvre. La plupart des services se trouvent d’un côté de la rivière, notamment l’hôpital, plusieurs écoles primaires, la polyvalente, le CLSC, ainsi que la rue principale de Buckingham. L’autre rive abrite principalement des quartiers résidentiels.

Selon les données les plus récentes de Statistiques Canada (2006), la moyenne d’âge de la population est de 39 ans. Les propriétaires de résidences représentent 67% de la population contre 33% de locataires. 76% des résidences sont des maisons unifamiliales, semi-détachées ou en rangée.  Le reste est composé de duplex ou multiplex. 27% de la population de Buckingham possède un diplôme collégial ou universitaire. 90% de la population est francophone et 10% est anglophone.

 
Sources: GrandQuébec.com
Ville de Gatineau
Société d’histoire de Buckingham
Recensement 2006, Statistique Canada

Vivre à Aylmer

Construit en 1852 l’ancien Palais de justice a abrité à une époque, une prison.
C’est maintenant Le Centre culturel du Vieux Aylmer

 

Aylmer a été une municipalité à part entière de 1847 jusqu’au 1er janvier 2002, date à laquelle Aylmer est devenu un secteur de la ville de Gatineau.

Aylmer borde la rivière des Outaouais. En 2006, la population du secteur Aylmer était de 41 532, soit approximativement 16% de Gatineau.

Selon Statistiques Canada,en 2006, la moyenne d’âge des habitants d’Aylmer était de 36 ans et 81% de la population était propriétaire contre seulement 19% de locataires.

Près de la moitié(49%) des habitants a un diplôme collégial ou universitaire.

Environ 40% de la population d’Aylmer est anglophone et 60% est francophone. Une bonne proportion des gens est bilingue et travaille de l’autre côté de la rivière à Ottawa.

Aylmer possède plusieurs pistes cyclables qui vous permettent notamment d’accéder à la marina d’Aylmer et aux rapides Deschênes. Le secteur compte aussi plusieurs terrains de golf.

82% des propriétés résidentielles sont des maisons unifamiliales, semi-détachées ou en rangées alors que 18% sont des duplex ou des multiplex

Sources: Wikipédia
Recensement 2006, Statistique Canada

Vivre à Hull

Hull  est le secteur le plus ancien historiquement de la ville de Gatineau et a été le site du premier établissement permanent sur la rivière des Outaouais.  Hull est situé sur la rive ouest de la rivière Gatineau et sur la rive nord de la rivière des Outaouais.

Philemon Wright est arrivé dans le secteur en 1800 et y a construit un village nommé Wright’s Town. Le nom de Hull n’a été adopté qu’en 1875.

Avant la fusion des municipalités, la population de Hull se chiffrait à 66,246 habitants. Approximativement 80% de la population parle le français comme langue maternelle et environ  9%  ont l’anglais comme langue d’origine. (Recensement du Canada 2001).

En 2002, les municipalités de Gatineau, Aylmer, Buckingham et Masson-Angers ont été fusionnées en une seule municipalité nommée Gatineau.
De nombreux édifices gouvernementaux ont été construits dans le secteur Hull; entre autres la Place du Portage et les Terrasses de la Chaudière.

 

Pour une liste des parcs et de l’équipement disponible à chaque endroit, cliquer ici

 

 

Sources:
Ville de Gatineau
Wikipédia
Photo: http://www.flickr.com/photos/zone5ive/298335336/

Vivre à Gatineau

Pour la quatrième fois en six ans le magazine MoneySense a décrété en mars 2011 que Ottawa-Gatineau était le meilleur endroit pour vivre au Canada. Même si Ottawa-Gatineau n’arrive en première place dans aucune catégorie évaluée, elle obtient des résultats élevés dans la plupart des catégories ce qui lui a permis de battre la très belle ville de Victoria en Colombie Britannique par seulement un point.

Parmi les dix principales municipalités du Québec selon la taille de leur population au 1er juillet 2009, Gatineau arrivait alors au quatrième rang avec une population de 256 240 habitants, derrière Montréal, Québec et Laval, selon l’Institut de la Statistique du Québec. Au 1er juillet 2010, l’institut estimait la population de Gatineau à 260 089 habitants.

Entre 2000 et 2009, la population de Gatineau a augmentée de 25 000 personnes ce qui lui confère une croissance annuelle moyenne d’environ 1,3 %, comparable à celle de la ville d’Ottawa (1,4 %) et largement au-dessus de celle du Québec (0,7 %).

Les personnes de 65 ans et plus comptent pour 15 % de la population du Québec. Dans les municipalités de plus de 40 000 habitants, Gatineau affiche un taux de 11%. Seules les municipalités de Terrebonne (8.1%) et Blainville (6.6%) affiche un taux plus bas.

L’âge moyen à Gatineau se situe à 38 ans, encore une fois derrière Terrebonne (35.7) et Blainville (34.1) parmi les municipalités de plus de 40 000 habitants. L’âge moyen de l‘ensemble des Québécois se situe à 40.7 ans.

La ville de Gatineau s’étend sur 339,4 km2 et la colline parlementaire est à moins d’un kilomètre. Montréal est à environ 200 km de et Toronto se trouve à 450 km.

On y trouve quinze parcs industriels et plus de 7000 entreprises.

Gatineau compte neuf terrains de golf publics et trois terrains privés, ce qui en fait la ville possédant le plus grand nombre de terrains de golf au Québec.

Pour les randonnées, le vélo, la baignade, la raquette ou le ski de fond, la population peuvent profiter des 361 kilomètres carrés du Parc de la Gatineau qui comprend presque 200 kilomètres de pistes et de sentier.

Plus d’une quinzaine de fêtes et de festivals ont lieu chaque année à Gatineau, dont le Festival de montgolfières de Gatineau, les Grands Feux du Casino du Lac-Leamy et le Bal de Neige.

Le Musée canadien des civilisations est l’attraction culturelle la plus visitée au Canada et est située à Gatineau.

Sources: Moneysense.ca
Ville de Gatineau: La démographie : Tendances passées, perspectives et défis, mai 2011
Ville de Gatineau: Gatineau – Résumé du Profil économique
Développement économique – CLD Gatineau, Gatineau – Ville d’affaires
Institut de la Statistique du Québec, Coup d’oeil sociodémographique, Fév 2011 | No 08
Photo: Ville de Gatineau: La démographie: Tendances passées, perspectives et défis, mai 2011

 

Vivre à Cantley

Parmi les municipalités de plus de 5000 habitants, Cantley arrive au troisième rang pour la croissance démographique durant les dix dernières années selon l’Institut de la Statistique du Québec

Entre 2000 et 2010, la population de Cantley est passée de 5 751 à 9 325 habitants, ce qui représente une croissance de 62%.  MISE À JOUR le 19 février 2012:  En 2011, selon Recensement Canada, Cantley est grimpée à 9 888 habitants.

Les personnes de 65 ans et plus comptent pour 15 % de la population du Québec. Dans les municipalités, la plus faible proportion s’observe à Cantley, Saint-Colomban dans les Laurentides, et Saint-Amable, en Montérégie, toutes trois à 6 %.

Parmi les populations les plus jeunes, du point de vue de l’âge moyen, Cantley se place troisième avec une moyenne de 34,5 ans. L’âge moyen de l‘ensemble des Québécois se situe à 40,7 ans.

Cantley est donc une municipalité avec une population résolument jeune et axée sur la famille. La croissance y est telle que la Commission scolaire des Draveurs prépare la construction d’une troisième école primaire. L’école la plus récente, celle de la Rose-des-Vents, a pourtant été inaugurée il y a seulement 5 ans mais elle est déjà à pleine capacité.

Source : Institut de la Statistique du Québec, Coup d’oeil sociodémographique, Février 2011 | Numéro 08 Statistiques Canada