État du marché immobilier – Premier trimestre 2011

Selon la FCIQ (Fédération des Chambres Immobilières du Québec), le nombre de ventes résidentielles réalisées par l’intermédiaire du système MLS dans la région métropolitaine de Gatineau a connu un recul de 20% par rapport à la même période l’an dernier.

L’année dernière de janvier à mars, le marché immobilier a connu un dynamisme exceptionnel.

Cette année, les acheteurs ont été moins nombreux, malgré l’empressement de certains acheteurs dû au resserrement des règles de l’assurance-prêt hypothécaire entré en vigueur le 18 mars dernier.

Hull est le secteur qui s’est le mieux tiré d’affaire avec une baisse globale de seulement 4%. La vente de copropriétés y a diminuée de 11% mais les transactions de maisons unifamiliales ont quant à elles augmentées de 6% .

Le secteur d’Aylmer a connu une baisse de23% par rapport à l’an dernier.

Le secteur de Gatineau a diminué de 19%.

Le secteur de Buckingham/Masson-Angers a pour sa part vu une baisse de 24%.

En périphérie, les secteurs de Cantley, Chelsea, Denhom, L’Ange-Gardien, La Pêche, Pontiac et Val-des-Monts ont connu le plus grand ralentissement avec une diminution globale de l’ordre de 36%.

Toujours selon la FCIQ, le marché de la région métropolitaine de Gatineau demeure un marché favorisant les vendeurs. Par contre, la périphérie reste une exception avec un marché plus équilibré.

Les prix sont à la hausse pour ce premier trimestre avec une augmentation médiane de 9% pour l’unifamiliale pour l’ensemble de la région métropolitaine de Gatineau. La périphérie se démarque ici encore avec une augmentation de 17% depuis un an.

Le délais pour vendre dans notre région sont les plus courts de toute la province pour ce premier trimestre de 2011. La moyenne est de 69 jours pour toutes les catégories de propriétés.

Aylmer se démarque avec une moyenne de 55 jours pour la vente d’une maison unifamiliale.

Pour sa part, Hull affiche une moyenne de 53 jours pour la vente d’une copropriété.

L’état actuel du marché favorise donc le vendeur car il y a moins de propriétés à vendre sur le marché.

Source : Le Baromètre MLS® du marché résidentielRégion métropolitaine de Gatineau, FCIQ.

Vous aimerez peut-être: